1 de 6

Téléphérique du Salève

1931 – 1932

Partiellement réalisé, transformé, démoli

N° d'archive: 56

Programme : Gare de départ (démolie), gare d’arrivée (réalisée/transformée) et hôtel-restaurant (non-réalisé)
Localisation :
Etrembières, Haute-Savoie
Maître d’ouvrage :
Société du Téléphérique du Salève

La station supérieure du Téléphérique est l’expression emblématique d’une modernité technologique et esthétique sans concession qui ne va pas sans rappeler les projets utopiques de constructivistes russes comme le gratte-ciel horizontal de El Lissitzky (1924) ou le restaurant sur la falaise de Ladowski (1922).

Ainsi le dessin du volume défini comme un corps en béton laissé brut de décoffrage met en exergue la fonction statique de la station supérieure dans le dispositif du téléphérique : sommiers, piliers profilés et volume de l’hôtel renforcent visuellement la puissance des ancrages. Par contraste, les formes aérodynamiques, les éléments linéaires et le porte-à-faux suggèrent le mouvement, le franchissement du vide que consent le téléphérique qui semble s’affranchir des lois de la pesanteur.

Mais surtout, le téléphérique et sa gare d’arrivée constituent un équipement de portée territoriale et paysagère. Ascenseur urbain, ils portent la montagne en ville et, a contrario, étendent l’urbain à la nature. Balise territoriale, la gare d’arrivée constitue un repère et marque la limite du bassin franco-valdo-genevois. Enfin, observatoire du Grand Genève, elle est le lieu privilégié d’où appréhender les enjeux et penser le développement de l’agglomération du futur.