Biographie

Diplômé de l’Université polytechnique nationale d’Athènes (NTUA), doté d’un master d’architecture à l’Université de Pennsylvanie et d’un doctorat en urbanisme de l’Université de Paris 8, Panos Mantziaras a enseigné aux Écoles nationales supérieures d’architecture de Paris-Malaquais, Lyon, Clermont-Ferrand et La Villette. Il a donné des nombreuses conférences en Europe, USA, Canada et au Japon.

Depuis 2011, il a été Chef du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère au Ministère français de la Culture et de la Communication. A partir de ce poste, il a contribué à l’orientation des thématiques et des méthodes de recherche en architecture dans les quarante Laboratoires d’architecture repartis dans les vingt Ecoles nationales supérieures d’architecture françaises.

Il est l’initiateur de programmes de recherche incitative tels que Ignis mutat res : l’architecture, la ville et le paysage au prisme de l’énergie (2011-2015) et La grande ville 24 heures chrono (2012-2013), qui ont mis en avant les questions d’énergie et gestion des ressources par et pour les disciplines de transformation de l’espace: architecture, urbanisme, paysage.

Publications principales

  • “Rationalism versus Romanticism”, Utopica n° 2, 1987.
  • “Un nouvel emplacement pour le Musée de l’Acropole”, Teuchos n° 2, 1989.
  • “Théorie et enseignement. Le projet d’architecture à l’Institut Berlage”, Bulletin des Architectes Grecs, vol. 5, 1992.
  • “Pikionis : Archaic modernity ?”, in : Quaderns, n° 198, 01-02/1993.
  • “L’architecture de l’infrastructure”, Architecture in Greece, n° 32, 1998.
  • “Contemplating the Flows”, Quaderns, n° 213, 04/1997.
  • Essai in : Yannis Tsiomis (sous la dir. De), Ville-Cité, des patrimoines européens, Picard, Paris, 1998.
  • “Epistemologische Betrachtungen über die Theorien der aufgelösten Stadt”, Das Spannungsfeld Stadt-Umland , Sautter & Lackmann, Hambourg, 1998
  • « Dalle Italie. Détournement et subversion par l’usage », AMC, février 2001, pp. 65-71 (avec Y. Dubalen et J.-L. Violeau).
  • « Rudolf Schwarz et l’aménagement du territoire. Des principes topologiques pour une herméneutique de l’histoire », in : Jocelyn Benoist & Fabio Merlini (sous la dir. de), Historicité et spatialité. Le pro- blème de l’espace dans la pensée contemporaine, Librairie Philosophique J. Vrin, Paris, 2001, pp. 27- 54.
  • « Délocaliser l’espace », in : Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 9-10, janvier 2002, pp. 185-190 (avec Jocelyn Benoist).
  • « Projects for an Alternative Culture of the Earth. German Planning Experiments in the 20th Century », in: Arquitectura, Ciudad e Ideología Antiurbana, Pamplona, Universidad de Navarra, 2002.
  • « Qu’est-ce que la forme ? », in : Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 12, mai 2002, pp. 11-24.
  • Showing the way to technology”: a pre-benjaminian discourse on the artifice and its reproductibility”, in: Thresholds, The MIT Architecture Review, juin 2002.
  • “Rudolf Schwarz and the concept of Stadtlandschaft”, in: Planning Perspectives, n° 18, 2003, pp. 147- 176
  • La ville-paysage: Rudolf Schwarz et la dissolution des villes, Métispresses, Genève, 2008.