1 de 7

La relation travail-territoire


Programme

Cas d'étude bruxellois

  • Benjamin Cadranel, administrateur général de Citydev.Brussels

    Fabriquer en ville pour fabriquer la ville
    Pour faire face au boom démographique de ces prochaines décennies, la Région de Bruxelles Capitale consacre la volonté de développer le logement mais également de maintenir à ses côtés les activités productives utiles à la Ville. Citydev.Brussels, à l'échelle des projets immobiliers qu'elle met en œuvre, prend en compte l’activité économique comme un maillon d’une chaîne de valeurs liées aux spécificités urbaines et à la qualité de vie et fait évoluer également ses métiers vers l’intégration et la cohabitation de fonctions. Centres d’entreprises, incubateurs, parcs PME, parcs TPE, fablabs ou zones monofonctionnelles constituent autant de leviers du développement urbain au cœur de notre immobilier économique. Aux côtés de la production de logements conventionnés acquisitifs, des projets pilotes tels habitat solidaire, reconversion d’immeubles de bureaux en logement et rapprochement territorial entre lieu de vie et lieu de travail sur les mêmes sites, nos réflexions croisées font émerger de plus en plus de projets multifonctionnels complexes et innovants qui dynamisent un quartier et tentent d’y constituer un cadre de vie harmonieux.Le présent exposé fera le point sur les expériences, ainsi que les stratégies actuelles et futures de Citydev.Brussels en la matière, illustrées d’exemples concrets de projets récents ou en cours de développement.


Cas d'étude genevois

  • Djemâa Chraïti, Directrice de la Cité des Métiers du Grand Genève, Département de l'instruction publique, de la culture et du sport (DIP), Office de l'orientation, la formation professionnelle et continue de la République et Canton de Genève.

    Le maillage territorial et le futur des métiers
    La Cité des métiers du Grand Genève, inaugurée le 1er septembre 2008 et qui fêtera ses 10 ans en septembre, est le fruit d'un partenariat étroit entre le Département de l'instruction publique, de la culture et du sport - par l'intermédiaire de l'OFPC - et le Département de l'emploi, des affaires sociales et de la santé - par le biais de son Office cantonal de l'emploi. Labellisée par Universcience à Paris, elle a rejoint un réseau international riche d'une quarantaine de Cités dans le monde, réparties sur les 3 continents et dans 10 pays et qui participera à l'inauguration de la toute dernière Cité, celle de Bruxelles parrainée par la Cité des Métiers de Genève.

    Le principe est partout le même, à savoir, offrir des espaces de conseil en lien avec l'orientation, l'emploi, la formation continue et la formation initiale et ceci sans rendez-vous, gratuit, anonyme et confidentiel. Rattachés à la Cité des Métiers sont apparus ensuite des Centres Associés en France et en Suisse puis un troisième niveau d'information dématérialisé, les Points Relais. Le but étant d'offrir une information de proximité sur un territoire transfrontalier, un défi relevé avec succès. Un maillage territorial qui permet la promotion des métiers émergents, de diffuser de l'information, de participer par exemple en qualité de Cité transfrontalière à un événement comme les Assises européennes de la transition énergétique.


Keynote speech

  • Pr Jean-Philippe Peemans, professeur émérite du Centre d'études du développement de l'Université Catholique de Louvain

    Quelle transition pour quel développement ?
    Cette contribution est fondée sur l’idée qu’une réflexion sur la transition ne peut faire l’impasse sur les conflits entre les conceptions du monde tel qu’il est et tel qu’il est à faire. Elle veut contribuer à situer la réflexion du séminaire dans le débat sur la question des modèles de développement. Depuis son émergence après WWII, la pensée du développement a été dominée par le paradigme de la modernisation, pensé théoriquement comme un modèle universel de progrès. L’idée de développement a d’abord été associée au transfert du concept de croissance économique vers les pays dits en développement pour les aider à lutter contre le sous-développement et la pauvreté de masse. Plus tard, elle deviendra progressivement liée aux tentatives de rendre compatibles croissance et environnement, au nom de la recherche du développement durable. Mais d’autres approches ont émergé au cours des récentes décennies, qui remettent ce paradigme en question plus ou moins radicalement. Elles contribuent à renouveler la problématique urbaine et celle des rapports villes-campagnes, notamment en proposant d’autres visions de l’articulation des dimensions temporelles et spatiales, fondées sur la prise en considération des stratégies d’acteurs et de leurs rapports dans la production du territoire. La confrontation de ces visions du monde permet de dessiner le cadre général d’une économie politique du développement qui réinterprète les enjeux de l’évolution de l’urbain et du rural et de leurs rapports dans les Suds aussi bien que dans les Nords.