1 de 3

Jean-Louis VIOLEAU, Sociologue, professeur à l'ENSA ParisMalaquais, directeur de l'unité de recherche ACS-UMR AUSser MCC/CNRS 3329

Bien adapté, tranquille et conforme, en somme conformiste: être pleinement de son
époque empêche de fixer son regard sur elle pour mieux la saisir. Le présent est devenu
si envahissant et la période tellement chancelante. Plutôt qu’interpréter et transformer
le monde, il ne nous resterait plus aujourd’hui qu’à le préserver? Et pourtant, l’utopie
résiste, sinon au nom de quoi et pour quoi critiquerions-nous? Demain n’est jamais définitivement
écrit, et la pulsion utopique est aussi une méditation sur l’altérité radicale.
L’altérité temporelle est une forme de distance qui peut nous aider à nous situer nous-mêmes
et à retrouver notre capacité à penser et agir. Pour reprendre Miguel Abensour,
«ce n’est pas l’éternelle dénonciation de l’utopie, reprise par les procureurs du jour,
qui empêchera l’homme d’être un animal utopique». L’utopie aujourd’hui dessinerait un
horizon critique plutôt que des «lendemains qui chantent»: ces derniers n’auront trop
souvent été qu’une arme de patience justifiant les sacrifices immédiats au nom d’un
futur nébuleux. Utopique ainsi, la décision qu’aura prise l’Équateur en 2010: en échange
de compensations financières, Quito se refusait à exploiter un gisement prometteur
situé en plein cœur de la forêt amazonienne dans la réserve Yasuni. «Yasuniser», c’est
utopique parce que cet acte rompt aussi du même coup avec tout un pan de l’histoire
de l’Utopie, lestée, remplie de l’esprit de conquête, sur la nature en premier lieu.
Comment donc yasuniser nos «écométropoles»? Mais une part de l’histoire de l’architecture,
et des théories urbaines sur lesquelles elle s’est appuyée, ne s’est-elle pas déjà
trouvée traversée par cette injonction? Et si la ville durable n’était qu’une tentative
de «moralisation» de la ville du XXe siècle? Tout comme le regard critique porté au
siècle précédent sur la ville du XIXe n’avait au fond tenu qu’à moraliser cette dernière
(Bernardo Secchi, 2005) …